Méta-écologie et dispositifs adaptatifs en architecture.

Travaux de doctoratau sein du laboratoire EVCAU (EnVironnements numériques, Cultures Architecturales et Urbaines) de l’ENSAPVS (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine)

La thématique de cette recherche vise à montrer l’efficience de l’architecture dynamique et adaptative en explorant le registre de la biologie par l’analyse de dispositifs et de stratégies d’adaptation des végétaux. La caractérisation des stratégies d’adaptation développées par le monde du vivant permet de soulever la dimension systémique des processus d’adaptation. A la croisée de ces disciplines nous envisageons l’architecture, comme un organisme performatif en tentant de mettre en valeur le potentiel des interactions entre usager/matière/milieu. Pour vérifier l’hypothèse que l’architecture entre dans un processus de naturalisation et que la dimension systémique de l’architecture adaptative lui donne des qualités écologiques, notre méthodologie s’appuie sur l’analogie et l’expérimentation. L’analogie est utilisée comme outil d’élaboration de modèles. Le processus de communication des arbres est analysé dans sa dimension systémique et permet l’élaboration d’un modèle de fonctionnement du dispositif architectural interactif. Celui-ci est ensuite éprouvé au travers d’une expérimentation. L’objectif final du travail de doctorat est d’opérer un transfert de connaissance des sciences du vivant vers l’architecture à travers une expérimentation matérielle, fabriquée et éprouvée.